vrphoto-mariage-001

Ça y est, j’ai couvert un évènement, et de taille ! Un mariage.
Il y a tellement de choses auxquelles j’ai dû faire face, tellement de petits trucs à penser, et surtout, tellement de choses que je referai différemment la prochaine fois. Dans cet article, je vais donc vous parler de comment je me suis préparé, comment s’est déroulé l’évènement, et comment j’ai géré l’après… car il y a un après 🙂

Comment j’ai eu ce contrat ?

Eh bien c’est, comme souvent quand on est un non-pro, la famille qui a fait appel à moi. Les futurs mariés m’ont demandé si je pouvais leur rendre ce service, que j’ai accepté avec grand plaisir. Bien qu’il s’agisse de la famille, un mariage est un moment très important de leur vie. Je me suis donc investi à 100% !

Un des avantages quand il s’agit de la famille, c’est que bien souvent, la prestation est gratuite. Ou est l’avantage me direz-vous ? C’est que ce n’est que comme cela que vous travaillerez sans pression. Ben oui, personne ne pourra vous dire « Dis, avec ce qu’on t’a payé, on aurait aimé des photos plus réussies !!! ». Ça met tout le monde à l’aise vous avez champ libre.

Un mariage, ça se prépare

Pour pouvoir travailler de manière fluide pendant l’évènement, il faut être préparé au maximum. Pour cette première expérience, j’ai divisé ma préparation en 3 parties, et cela a plutôt bien fonctionné.

Premièrement il faut parler aux futurs mariés. Il faut leur demander ce qu’ils attendent de vous. Oui, car ils ont des attentes, sinon vous n’auriez obtenu le statut de photographe. Demandez-leur quel sera le thème du mariage, quels seront les animations pendant la fête, quelles sont les photos « fun » qu’ils ont ABSOLUMENT envie de faire…
Ensuite, expliquez-leur que vous aurez besoin d’une certaine liberté de mouvement pendant la journée. Ils seront ravis de voir que vous pensez à tout. Une chose délicate à aborder reste la question de la priorité. En effet, lors d’un mariage, tout le monde a son appareil photo ou son smartphone et certains n’hésiteront pas à se placer devant vous pour avoir une meilleure vue. Il faut que vous ayez la priorité sur tous les autres invités. D’autre part, sachez que tous ces appareils feront partie intégrante de bien des seconds plans, pensez donc à ouvrir au maximum pendant vos prises de vue. Le flou artistique de l’arrière-plan rend bien service 🙂

La seconde chose à préparer est la liste des photos à faire. Celles que vous ne devez en aucun cas oublier. Il faut la préparer quelques jours à l’avance, la coucher par écrit, et la mémoriser. Dans cette liste, il y a notamment l’échange des alliances, le baiser, la sortie de la mairie, le cousin qui a préparé une surprise à l’arrivée des mariés sur le lieu de la fête, etc.

Pour finir, il reste un détail à préparer… Le matériel. Il faut savoir que vous allez passer des heures à shooter. Dans mon cas, trois heures pour la cérémonie, puis 5 heures pour la fête. C’est long. Donc portez des habits qui vous permettent d’être à l’aise. N’oubliez pas que vous figurerez sur beaucoup de photos faites par les autres invités. Donc le super t-shirt « Pulp Fiction », le jean troué fétiche et les baskets en fin de vie sont à éviter…

Côté photo, il y a pas mal de boulot. Il faut évidemment charger les batteries. Oui plusieurs batteries c’est mieux. Le coup de la panne en plein milieu de la soirée, en général, ça ne fait pas rire grand monde. Munissez-vous de plusieurs cartes mémoire. On peut effectivement stocker énormément de photos sur une seule carte, mais imaginez le cauchemar si vous avez stocké tous vos clichés sur la seule carte au monde qui décide de vous lâcher sournoisement, rendant tout espoir de récupérer votre travail à néant. Je n’aimerais pas être celui qui, lors du debriefing avec les mariés, commence la discussion par « Vous allez rire… ».

Quel matériel choisir ?

Pour ma part j’ai essentiellement travaillé en 85mm et 35mm. Un 50mm pourrait également très bien faire l’affaire, tout le reste n’est pas très adapté. Maintenant, il n’existe aucune règle absolue, et vous êtes bien évidemment libre de travailler comme bon vous semble. Une fois que la fête commence, les conditions de luminosité deviennent une des principales difficultés. C’est là que le fait d’avoir des objectifs à focale fixe et à très grande ouverture fait toute la différence. Pour ma part, j’ai travaillé entre ƒ/1.4 et ƒ/1.8 tout au long de la soirée.

Si, comme moi, vous avez l’intention d’utiliser un objectif de manière très ponctuelle (dans mon cas le 16mm) sachez qu’il sera vraiment très utile de disposer de deux boîtiers. Le premier, c’est votre outil de travail sur lequel vous montez votre principal objectif (le 50mm par exemple). Vous pourrez couvrir la quasi totalité de l’évènement avec. Le second boîtier servira quant à lui à prendre les quelques clichés « annexes ». Pour ma part, je n’ai pris qu’un seul boitier. Dernière fois que je commets cette erreur. En effet, lors de la sortie des mariés de la mairie j’avais mon 85mm. Là, je me suis dit « ça serait pas mal de prendre une photo en contre-plongée et super-grand angle devant l’entrée de la mairie »… Ouais, ben j’ai eu 30 secondes pour sortir, changer d’objectif, me placer et faire mes réglages. Un deuxième boîtier ça peut aider.

Le jour J

Dans l’optique de faire les choses bien, je me suis rendu aux différents points de rendez-vous avec un peu d’avance. Je me suis annoncé comme étant le photographe et j’ai demandé la permission d’évoluer en totale liberté. Ce n’est pas obligatoire, car il est évident que vous avez le droit de bouger, vous êtes là pour ça. Mais c’est toujours un plus d’avoir les responsables des lieux de votre côté. J’ai donc demandé la permission au maire (oui, carrément) pour la première partie, puis je suis allé voir le responsable technique de la salle où a eu lieu la fête, ainsi que la troupe de danseuses et le DJ. Tout le monde savait qui j’étais et savait que je ne perturberais le travail de personne pendant la soirée. La réciproque était vraie également.

Une fois que tout le monde est prévenu, que chaque élément est en place, que tous les paramètres sont maîtrisés (comme si ça pouvait être le cas… 😉 ), on peut y aller !

Faites attention, c’est là que vous vous confronterez à la théorie de la relativité. Oui oui ! Bien que la journée soit longue, et que certains moments vous paraîtront une éternité, tout va aller très très vite. La fin de la fête approchera et vous n’aurez rien vu venir. Et voilà, tout sera dans « la boîte » !

Ai-je besoin de préciser qu’il vaut mieux shooter au format RAW ? Non, c’est inutile.

Le post-traitement

Une fois rentré à la maison, il faut s’atteler à la deuxième partie du boulot. J’ai laissé volontairement passer une bonne semaine avant de commencer. Il fallait prendre un peu de recul.

Dès le démarrage, je prends conscience de la masse de travail. Pour ce mariage, j’ai effectué environ 1500 prises dont 30% en rafale. Commence alors un long processus de sélection. J’ai passé environ 5 heures à faire le tri.

Vient ensuite le temps de la retouche. Personnellement j’utilise Lightroom, qui me permet d’avoir de superbes rendus sans devoir y passer trop de temps. J’essaie de ne pas trop dénaturer les images en évitant les filtres et autres pré-réglages proposés par le logiciel. Je me contente de jouer sur quelques réglages, essentiellement l’exposition, le contraste, la saturation, la clarté et la colorimétrie. Après, chacun sa sensibilité.

La livraison

Une fois que le post-traitement est terminé, il faut livrer ! Je ne sais pas s’il y a des règles ou des normes à respecter en la matière, alors j’ai fait au plus simple.
Export JPEG de la sélection en 1900 pixels de large. Le tout dans un gros fichier zip que j’ai placé sur mon serveur dans un dossier protégé. Un petit mail aux mariés et le tour était joué.

L’utilisation de leurs photos

Etant donné que j’étais plutôt content du résultat, et que les mariés l’étaient aussi, je leur ai demandé si je pouvais utiliser quelques photos de leur mariage sur mon site. Ils ont accepté, et je les en remercie.

Merci !

Pour finir je voudrais terminer en remerciant les mariés une nouvelle fois de m’avoir donné leur confiance pour ce jour si important. Tout le monde a passé une superbe journée et en a gardé de merveilleux souvenirs. La photo, c’est aussi ça !